Semelles Féeriques

Orelie et Sophie partent sur les routes du monde... Départ le 1er Novembre 2007!

05.01.08

Noël au palu, Pâques en tutu ?

Départ de Sévaré.

Une nuit de routardise, à lécher les vitres d’admiration pour ces kilomètres de vallées fantastiques sorties au clair de lune. Abruptes et massives comme un mur de défense à hauteur de nuages, originales et abstraites comme une peinture indéchiffrable, elles nous ouvrent la route pour subtilement disparaître en tas de sable… Hey ! Le désert comment ça va ? Qu’est-ce t’as fait depuis la Mauritanie? Pas le temps de bavarder, le bus nous lâche en pleine nuit à Gao city. Evidemment le désert sans soleil c’est la Sibérie en plein Afrique ! Assises en siamoises collées-gelées, on attend le réveil de la grosse ampoule… La dernière ville étape du Mali prend un air de station de ski pour la veillée de Noël, le sable se cristallise en neige, laissant des empreintes de tongues au sol, chacun sort avec sa couverture encore sur le dos, on se noie de café bouillant caché auprès de la marmite ; juste au coin du feu.

Encagoulée dans nos cheichs, nous arrivons chez Eryn qui nous accueille. Etre au bout du monde, ça a son prix. La recherche de nos petites denrées, tourne à la visite approfondie de la ville. Séjour pittoresque qui tourne au pathétique, une ballade à vélo et je m’effondre. La fièvre me cloue au sol, et m’hilare :  la mosquée hurle des promotions de dernières minutes, le plafond me colle au front, et j’embaume comme un bâton de cannelle…beurk ! Dans mes délires, Sophie est là qui me ventile, et je ne me raisonne plus vraiment la suite des aventures… je crois qu’ un âne nous a mené à Niamey en pistant le fleuve Niger, je me suis fait scarifier les yeux par un passager aux arêtes de poissons sur le visage, les douaniers recomptent les balles de leur mitraillette puis nous attribuent le titre de « Miss Entrée au Niger 2008 » ! Je m’écroule de bonheur à Niamey ;dans un excès de fièvre on m’annonce ma récente union à Sir Paludisme. 3 jours de traitement puis c’est le divorce. Pas grave, je me sens baptisé de l’Afrique maintenant ! De plus Niamey s’avère être une belle aire de repos sur cette autoroute du désert...

Posté par semelles à 08:07 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire